Notre histoire : tout a commencé avec une conversation entre amies

Comment une conversation entre deux amies a-t-elle donné naissance à une Fondation qui allait améliorer les vies de milliers de femmes et de filles au Canada?

En 1986, au Canada, il n’y avait pas d’organisme dédié à l’atteinte de l’égalité des genres. Cette année là, deux amies se connaissant depuis l’école primaire, Nancy Ruth Jackman et Susan Woods, se sont mises à discuter de ce qu’elles pouvaient faire pour changer les choses.

L’étincelle : la vision d’une philanthropie féministe

Plusieurs années plus tôt, Nancy Ruth et Rosemary Brown, une politicienne féministe de la Colombie-Britannique, avaient constaté à quel point il est important que les femmes soient en mesure de solliciter des dons de charité afin de financer des projets aidant d’autres femmes et prônant l’égalité entre les genres. Elles savaient qu’elles favoriseraient le changement social en trouvant le moyen de subventionner des organismes communautaires.

Nancy Ruth avait lu, dans une étude menée par le Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes (FAEJ), que seulement 2 % des dons de charité faits par les entreprises privées et les fondations étaient versés à des services pour les femmes et les filles. Cette donnée l’a incité à devenir une philanthrope féministe.

Le travail préparatoire : comment concrétiser cette idée

En mars 1986, par une belle journée ensoleillée, Nancy Ruth et Susan ont sorti des vieilles chaises de jardin et se sont installées dehors pour manger et échanger des idées.

Elles se sont demandé : que faudrait-il faire pour atteindre l’égalité des genres au Canada? Pour mettre fin à la violence familiale et la violence faite aux femmes? Pour sortir les femmes de la pauvreté? Pour que les femmes et les filles s’approprient pleinement leur pouvoir?

Le repas était à peine terminé que Susan acceptait un contrat avec la Fondation NaRuth pour créer une plateforme consacrée à l’avancement de la philanthropie pour les femmes.

Les discussions : comment pouvons-nous nous unir pour confronter le sexisme partout au Canada?

Quelques semaines plus tard, après avoir échangé des idées avec des collègues, Nancy Ruth et Susan ont lancé une invitation : « Participez à une rencontre pour réfléchir aux moyens de mettre fin une fois pour toutes au sexisme au Canada ».

Intriguées, des femmes des réseaux de FAEJ et du YWCA se sont présentées. Le groupe a commencé à avoir des rencontres régulières et a développé le concept d’une nouvelle fondation de charité au Canada qui serait axée sur le mieux-être des femmes et des filles. Les membres du groupe ont invité des femmes de partout au pays à contribuer à la définition des objectifs, des valeurs et des axes de subvention du projet de fondation.

Le lancement : la fondation commence à amasser des fonds et à changer des vies

En 1991, la Fondation canadienne des femmes a officiellement été lancée. Huit pionnières ont participé à sa mise sur pied. La Fondation NaRuth a avancé 50 000 $ pour aider cette organisation naissante à prendre son envol. Au cours de sa première année d’existence, la Fondation a offert 40 000 $ en subventions à des organismes de femmes.

Depuis 1991, la Fondation canadienne des femmes a amassé plus de 80 millions de dollars, financé des programmes dans plus de 1 500 collectivités et soutenu des refuges pour femmes partout au Canada.

L’avenir : ensemble, nous pouvons en faire encore plus!

Avec le soutien de nos extraordinaires sympathisant-e-s, donateurs et donatrices, nous rédigeons le prochain chapitre de notre histoire. Nous vous invitons à vous renseigner au sujet des enjeux, à vous impliquer ou à faire un don.